Carte blanche à Marie NDiaye au TNS

« Lire, puis commencer à écrire, comme une évidence.
Enfant, si je pouvais aisément me passer de jouer, ne pas lire et écrire m’était impossible. »
— Marie NDiaye
au TNS, 24 mai 2016

mariendiaye-stanislasnordey-fredericvossier-tns-strasbourg-alainwalther
Marie NDiaye, Stanislas Nordey et Frédéric Vossier | soirée carte blanche au TNS (photo : alain walther)

Puis un peu plus tard, en réponse à une question sur quelques-uns de ses livres de chevets (outre Le partage de midi de Paul Claudel), ce beau lapsus que je ne peux m’empêcher de rapporter : « La pièce de Jean Genet la plus chère à mon corps c’est Les bonnes.» Corps et coeur, décidément.

Instantanés de la soirée Carte blanche avec Marie NDiaye, auteure associée au Théâtre National de Strasbourg, dans le cadre de L’autre saison du TNS.

Advertisements

Publier un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s