Double je : exposition Roni Horn à la Fondation Beyeler

« The opacity of the world dissipates in water.
Black water cannot dissipate the opacity of the world. »

— Roni Horn

ronihorn-fondation-basel-lazonedesilence-alainwalther-8

ronihorn-fondation-basel-lazonedesilence-alainwalther-34

Opacité, transparence. Le double et l’entre-deux… « Je » et l’autre. Pour esquisser les contours incertains d’une identité liquide, libre, qui échappe à toute interprétation univoque.

Prenez le temps de vous perdre et de laisser les oeuvres se répondre. Les questions troublantes qui émergent alors pourraient bien vous amener dans des territoires singuliers et poétiques.

Cliquez sur le diaporama pour agrandir les images (photos : alain walther / La zone de silence)

Un peu plus loin dans le musée, des oeuvres de Louise Bourgeois, de Felix Gonzales-Torres et de Philippe Parreno, comme en écho à l’oeuvre de Roni Horn.

louisebourgeois-felixgonzalestorres-fondationbeyler-basel-lazonedesilence-alainwalther

louisebourgeois-felixgonzalestorres-fondationbeyler-basel-lazonedesilence-alainwalther-2

Oeuvres de Louise Bourgois et Felix Gonzales-Torres et Marlene Dumas (arrière plan) / photo : alain walther

philippeparreno-fondationbeyler-basel-lazonedesilence-alainwalther-3

« Sonic Water Lilies » de Philippe Parreno (2012) dans le bassin à l’entrée de la Fondation Riehen / photo : alain walther

Bel ensemble d’oeuvres de Roni Horn à voir jusqu’au 1er janvier 2017 à la Fondation Beyeler à Riehen / Basel en Suisse.

 

À voir aussi : exposition « Kandinsky, Marc & Der Blaue Reiter », qui elle, est présentée jusqu’au 22 janvier 2017.

 

Publicités

Poésie en mouvement : exposition Calder & Fischli / Weiss à la Fondation Beyeler

Un déjà haut tas de feuilles mortes dans un coin du parc, la nuit qui tombe bien avant 21h, les soirs un peu peu plus frais, pas de doute. L’automne commence à s’installer dans nos quartiers de l’hémisphère nord. Vite, profiter des derniers jours de l’été et de quelques expositions encore à l’affiche.

Ainsi, l’exposition Alexander Calder & Fischli / Weiss présentée à la Fondation Beyeler à Riehen / Basel finira le 4 septembre 2016.

La rencontre entre deux univers d’artistes, Calder & Fischli / Weiss, rapprochement un peu improbable sur le papier, produit des effets durables, plutôt joyeux, intranquilles parfois, sur les visiteurs. Une exposition fragile comme un souffle, belle comme une respiration régulière, dans équilibre instable toujours à la limite du fracas du chaos possible.

De la poésie en mouvement.

expo-calder-fischli&weiss-fondationbeyeler-basel-alainwalther-65

Dans un coin de l’entrée, deux grandes peluches, un ours et un rat (mascottes de Fischli & Weiss) siestent. À quoi rêvent-ils ? Un indice : au-dessus d’eux flotte un mobile de Calder. En s’approchant des figures animales fictives, doucement pour ne pas les réveiller, voir le thorax bouger au rythme d’une respiration mécanique. Commencer alors la visite, en gardant le rythme lent et régulier de cette respiration, et commencer le voyage au pays de l’équilibre précaire, joyeux et provocateur.

Lire la suite « Poésie en mouvement : exposition Calder & Fischli / Weiss à la Fondation Beyeler »

Dans le jardin de Peter Fischli et David Weiss à la Fondation Beyeler

Sorte de ready-made ou de work in progress Garten / Jardin est une sculpture-installation crée en 1997 par Peter Fischli et David Weiss dans le cadre de l’exposition Skulptur Projekte Münster. Peu reconnue alors comme étant une oeuvre d’art, Peter Fischli reprend le projet et reconstruit Garten, cet été, à quelques dizaines de mètres du parc de la Fondation Beyeler, dans le cadre de l’exposition Alexander Calder & Fischli/Weiss

« Garten (Jardin) », 1997/2016, de Peter Fischli et David Weiss, près du parc de la Fondation Beyeler à Riehen / Basel photo : alain walther

Un jardin éphémère comme projet artistique, à « 70% jardin paysan, 30% jardin ouvrier »

Lire la suite « Dans le jardin de Peter Fischli et David Weiss à la Fondation Beyeler »